La sagesse et le féminin

Aujourd’hui, je vais vous présenter le point de vue de la sagesse sur le féminin. En sagesse, le masculin et le féminin, l’homme et la femme, sont pleinement et naturellement égaux, sans aucune équivoque ou restriction. Toute règle qui soumettrait la femme à l’homme, l’homme à la femme ou même tout être humain à un autre être humain n’est pas un principe de sagesse. La sagesse c’est la cohérence et l’unité de l’être humain et elle ne passe pas par la soumission entre les êtres humains.
La sagesse accepte à l’Origine une Totalité Absolue qui contient l’ensemble des possibilités et des non-possibilités. Je reviendrai dans une prochaine vidéo sur ces propos. De cette totalité s’exprime le Principe de l’Etre, c’est-à-dire la manifestation des possibilités. De ce Principe de l’Etre s’exprime le Principe de Nature qui contient le visible ; l’état humain, notre monde, l’être humain et l’univers qui nous entoure. C’est ce qui est illustré par le récit biblique de la génèse, Adam correspond au Principe de l’Etre, Eve au Principe de Nature. C’est ce Principe que l’on retrouve aussi dans le Tao qui indique que « toute les choses du monde sont nées de l’être, l’être est né du non-être. » On retrouve bien ici la continuité qui existe entre Adam et Eve, où il est écrit qu’Eve a été formé grâce à un morceau de chair d’Adam. Cette illustration de la génèse n’indique pas une soumission mais bien une continuité que l’on retrouve entre le Principe de l’Etre (Adam) et la Totalité. Cette continuité se poursuit entre le principe de nature et les hommes et les femmes qui composent notre humanité. C’est cette liaison qui assure la stabilité, la durabilité et l’utilité de notre existence. Ce Principe de Nature contient le mouvement qui engendre la vie et par voie de conséquence le changement, l’impermanence. L’état humain, l’être humain dans le cycle de la vie est divisé entre le corps, le mental (siège de l’égo) et le cœur. La sagesse nous offre la possibilité de retrouver notre unité. Si l’on reprend le récit de la génèse, Eve, Principe de Nature contient la division, donc elle ne pouvait que croquer la pomme qui symbolise l’égo. Elle ne commet pas une « faute », qui plonge toute l’humanité dans la souffrance, elle accomplit ce qui doit être accomplit. Par Principe, Eve, est la mère de toute l’humanité et du monde dans lequel elle évolue, les hommes et les femmes sont ses enfants. L’homme humain et la femme humaine sont donc égaux devant le Principe de Nature. Transposer la femme humaine en Eve n’est pas une interprétation en sagesse, donc soumettre la femme humaine à l’homme n’est pas un point de vue de sagesse.
Vous présenter ce point de vue en sagesse n’est pas dévoiler un enseignement secret ou énoncer une révélation extraordinaire, il s’agit simplement de transmettre une compréhension de sagesse, d’indiquer qu’un cœur éternel bat dans toutes les sagesses authentiques. On retrouve d’ailleurs dans d’autres sagesses africaines ou amérindiennes cette notion de « Mère » ou de 3Terre Mère ». Chaque sagesse se manifeste à un temps donné du cycle de notre l’humanité. IL ne nous appartient pas, aujourd’hui de juger les sagesses précédentes, d’autant plus que le non-jugement est un des quatre principes du cœur des sagesses et de la sagesse d’harmonie.
En sagesse, la femme est donc l’égale de l’homme, comme tout être humain quelque soit sa couleur de peau et sa race est égal à tout autre être humain. Cette égalité de principe, universelle accepte les différences naturelles, l’homme et la femme ne sont pas identiques, chacun par son enveloppe physique, sa sensibilité, ses aspirations est différent. Pourquoi donc vouloir atténuer ces différences, les abolir alors qu’il serait plus sage de les sublimer ? Pourquoi vouloir créer un être humain unique, un seul genre alors que l’humanité s’enrichit de la diversité de chacun de ses membres ? Dans la vie quotidienne, sociale, l’homme et la femme doivent être considérés de la même manière en laissant à chacun la possibilité de s’orienter vers ce qui convient le mieux à son intime, ses aspirations, son cœur. En sagesse, il convient de dépasser les luttes d’influences entre homme et femme pour s’engager dans la coopération. Au sein d’une union, d’un couple, le partage, la coopération cimentent la cohésion de l’ensemble et de chacun. Et au-delà, la coopération doit vivifier les relations entre tous les êtres humains.
Voilà en quelques minutes une présentation de la féminité en sagesse. Bien évidemment ce sujet peut être traité plus longuement et plus profondément. Je reste à votre disposition pour répondre à toutes vos intérogations ou simplement lire vos commentaires. Mon adresse mail est laurent.etreenharmonie@gmail.com, vous la trouverez aussi sur le site http://www.hinspiration.org. Je vous rappele que la sagesse ne se vend pas, ne s’achète pas. A bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s